Retours d’expérience des professionnels de santé sur l'utilisation de Lénacapavir dans l'essai Capella

Catégorie de l'abstract : Antirétroviraux, Thérapeutique VIH/VHB/VHC

Abstract déposé le 18/10/2023 14:54:10 par : ESTRABAUD Emilie

Auteurs: Jarjieh Fang (Evidera, Bethesda, Maryland), Olga Boiko (Evidera, London, UK), Abigail N Herbst (Evidera, Bethesda, Maryland), Megan S Dunbar (Gilead Sciences, Inc, Foster City, CA), Lauren Temme (Gilead Sciences, Inc, Foster City, CA), Keith Dunn (Gilead Sciences, Inc, Foster City, CA), Dylan Mezzio (Gilead Sciences, Inc, Foster City, CA), Martin Rhee (Gilead Sciences, Inc, Foster City, CA), Michael Bogart (Gilead Sciences, Inc, Foster City, CA), Bridget Gaglio (Evidera, Bethesda, Maryland;), Guillaume Barrière (Gilead Sciences, Inc., Boulogne, France; ), William R. Lenderking (Evidera, Bethesda, Maryland),

INTRODUCTION / OBJECTIFS

Le Lénacapavir (LEN) est le premier inhibiteur de capside approuvé pour le traitement des personnes infectées par un VIH-1 multirésistant (HTE), en association avec d'autres antirétroviraux. CAPELLA est une étude de phase 2/3 qui évalue l'efficacité et l'innocuité du LEN. Nous avons analysé les expériences des investigateurs professionnels de santé (PS) et des coordinateurs d'étude de CAPELLA afin de comprendre leurs perceptions des expériences des patients participants et l'impact potentiel du LEN

MATÉRIELS ET MÉTHODES

Une enquête transversale en ligne a été menée auprès des PS (N=9) et des coordinateurs (N=10) de CAPELLA aux États-Unis (mars-juin 2023). Les domaines de l'enquête comprenaient : L'expérience de l'administration du LEN, l'interprétation de l'expérience des participants, les stratégies pour soutenir l'adhésion au LEN et aux régimes associés, et les leçons pour le développement du LEN. Les résultats sont décrits à l'aide de statistiques descriptives.

RÉSULTATS

Parmi les répondants, 1/9 PS et 7/10 coordinateurs ont directement administré les injections de LEN aux participants. Après avoir commencé le LEN, les répondants ont perçu une diminution des inquiétudes des participants à l'étude concernant la peur des aiguilles, la douleur, les effets secondaires à long terme, les interactions médicamenteuses ou l'absence au travail pour les visites d'injection. La plupart des répondants (n=17/19) pensaient qu'il n'était pas difficile d'assurer la ponctualité des visites d'injection du LEN. Aucun répondant n'a estimé que les RSI entravaient la volonté des participants de poursuivre le LEN. La plupart des répondants (n=16/19) considéraient les facteurs systémiques (p. ex. assurance, coût) comme les obstacles potentiels les plus importants à l'utilisation du LEN dans le monde réel. Les répondants ont indiqué que le LEN avait un fort potentiel d'amélioration des résultats cliniques et de la qualité de vie des HTE. Sur les 16 répondants ayant une expérience préalable de l'administration de CAB/RPV par voie intramusculaire, 9 (56 %) ont considéré que LEN était plus facile à administrer, aucun n'a considéré que LEN était plus difficile à administrer.

CONCLUSIONS

Les PS et les coordonnateurs de CAPELLA ont fait état de perceptions favorables des expériences des participants et ont identifié un fort potentiel pour LEN d'améliorer les résultats cliniques et la qualité de vie des PVVIH HTE. Ces réponses fournissent des preuves encourageantes pour l'incorporation du LEN en pratique courante.