Connaissance des patients vivant avec le VIH sur les traitements antirétroviraux injectables (ARV LA), dans un service de médecine infectieuse et quatre associations de patients, en Ile-de-France

Catégorie de l'abstract : Antirétroviraux, Thérapeutique VIH/VHB/VHC

Abstract déposé le 22/10/2023 13:29:07 par : CERTAIN Agnès

Auteurs: CERTAIN Agnès (1- Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, APHP, Paris, France (SMIT)), BERKI Zohra (1- Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, APHP, Paris, France (SMIT)), BENYOUCEF ALI Djamila (1- Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, APHP, Paris, France (SMIT)), RZONCA Wanda (1- Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, APHP, Paris, France (SMIT)), SINNA Aurélie (1- Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, APHP, Paris, France (SMIT)), ABDURAZAK Florence (1- Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, APHP, Paris, France (SMIT)), ROUX Frédéric (1- Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, APHP, Paris, France (SMIT)), RONSSE Lauren (2- Association Dessine Moi Un Mouton (DMUM) Paris, France), FERRARINI Yves (3- Association Actions Traitements, (AT) Paris, France ), BELHOUS Inès (3- Association Actions Traitements, (AT) Paris, France), PELTIER Anaïs (4- Association Basiliade (B), antenne URACA (BU), Paris, France), ALLOUCH Laila (4- Association Basiliade (B), antenne URACA (BU), Paris, France), HORRI Najla (5- Association Comité des Familles (CF) Paris, France), LE GAC Sylvie (6- COREVIH Ile-de-France Nord, France ), DIGUMBER Marc (6- COREVIH Ile-de-France Nord, France), LANDMAN Roland (6- COREVIH Ile-de-France Nord, France), YAZDANPANAH Yazdan (1- Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, APHP, Paris, France (SMIT)), GHOSN Jade (1- Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, APHP, Paris, France (SMIT) 6- COREVIH Ile-de-France Nord),

INTRODUCTION / OBJECTIFS

Les ARV LA sont disponibles en France depuis janvier 2022. Malgré des indications relativement larges, il semble que le nombre de bénéficiaires croisse lentement. L’objectif est de recueillir des éléments de compréhension par la description des modalités et de la nature des informations sur les ARV LA, d’un échantillon de patients inclus dans un parcours d’éducation thérapeutique (ETP) issus d’un service de médecine infectieuse (SMIT) et 4 associations parisiennes.

MATÉRIELS ET MÉTHODES

Recueil anonymisé d’informations en séance ETP, 2 semaines données par les soignants ETP du SMIT Bichat et 4 associations (Dessine Moi Un Mouton, Actions Traitements, Basiliade, antenne Uraca, Comité des Familles) : données sociodémographiques, connaissance ou non des ARV LA, nature, mode et souhait d’informations, souhait et raisons de traitement ou non par ARV LA.

RÉSULTATS

Du 18 au 29/9/23, 75 patients sous ARV (34 SMIT, 16 AT, 8 BU, 8 DMUM, 5 B, 4 CF) ont participé à une ETP. Description : âge moyen 47 ans [20-83]; genre 47 femmes, 26 hommes, 2 personnes transsexuelles ; continent/pays de naissance : Afrique subsaharienne 50 (67%), France 14, Amérique latine 4, Maghreb 2, autres 5 ; modes de transmission VIH dont sexuel 55 (73%), sanguin 7, materno-fœtal 1. Découverte du VIH depuis 20-41 ans (18), 3-20 ans (45), <3 ans (11) ; début ARV depuis 23-39 ans (16), 13-22 ans (15), 3-21 ans (9 ans), <3 ans (9). Sur 75 patients, 39 sont en couple, 33 célibataires ; 41 sont en logement indépendant, 21 hébergés, 11 sans domicile fixe ; 23 avec emploi, 38 sans, 9 retraités. Intérêt pour les ARV LA : 46 patients (61% : 21 SMIT, 11 AT, 8 DMUM, 3 B, 2 CF, 1 BU) connaissent les ARV LA et 32 en décrivent quelques éléments, dont 8 femmes disant ne pas pouvoir avoir les ARV LA car en âge de procréer. Leurs premières sources sont les associations (17), les médecins (14), l’ETP (7), les médias (5) puis en complément d’information, les médecins (21), l’ETP (9), puis les associations (5). Sur 75 patients, 2 sont sous ARV LA, 35 (47%) sont intéressés, pour 3 motifs (confidentialité, observance, pratique) (14), 2 motifs (10) ou 1 motif (19). 21 patients ne sont pas intéressés ; parmi leurs motifs, 4 souhaitent maîtriser le traitement, 3 craignent l’inconnu, 2 disent craindre les piqûres.

CONCLUSIONS

Les patients ont des informations partielles sur les ARV LA via leurs médecins et les acteurs du parcours de soins, les associations et les médias, soulignant l’importance de leur clarification en ETP.