Bénéfices perçus des injectables au-delà de soulager du comprimé

Catégorie de l'abstract : Antirétroviraux, Thérapeutique VIH/VHB/VHC

Abstract déposé le 16/10/2023 08:33:40 par : DURACINSKY Martin

Auteurs: ROUCOUX Guillaume (Patient-Reported Outcomes Research (PROQOL), Unité de Recherche Clinique en Economie de la Santé (URC-ECO), Hôpital Hôtel-Dieu, AP-HP, Paris, France, ECEVE, UMR-S 1123, Université Paris Cité, Inserm, Paris, France), ROUSSET-TORRENTE Olivia (Patient-Reported Outcomes Research (PROQOL), Unité de Recherche Clinique en Economie de la Santé (URC-ECO), Hôpital Hôtel-Dieu, AP-HP, Paris, France, ECEVE, UMR-S 1123, Université Paris Cité, Inserm, Paris, France), ALLAVENA Clotilde (Service de maladies infectieuses, Inserm EA 1413, CHU Nantes, Nantes, France), HOCQUELOUX Laurent (Département des maladies infectieuses, CHU Orléans, Orléans, France), PALACIOS Christia (Département des maladies infectieuses et tropicales, Hôpital Tenon, AP-HP, Paris, France), ZUCMAN David (Département de médecine interne, Hôpital Foch, Suresnes, France), CHASSANY Olivier (Patient-Reported Outcomes Research (PROQOL), Unité de Recherche Clinique en Economie de la Santé (URC-ECO), Hôpital Hôtel-Dieu, AP-HP, Paris, France, ECEVE, UMR-S 1123, Université Paris Cité, Inserm, Paris, France), DURACINSKY Martin (Patient-Reported Outcomes Research (PROQOL), Unité de Recherche Clinique en Economie de la Santé (URC-ECO), Hôpital Hôtel-Dieu, AP-HP, Paris, France, ECEVE, UMR-S 1123, Université Paris Cité, Inserm, Paris, France; Hôpital Bicêtre, AP-HP),

INTRODUCTION / OBJECTIFS

Les antirétroviraux injectables à action prolongée (AIAP) ont été conçus pour soulager les patients du fardeau du comprimé journalier. Ce poster décrit les bénéfices perçus par des patients ayant (eu) accès aux AIAP en France.

MATÉRIELS ET MÉTHODES

Étude qualitative utilisant une Approche Générale Inductive, avec des entretiens semi-directifs. L’inclusion dépendait de critères permettant un échantillonnage varié. Les participants ont été recrutés via des médecins hospitaliers spécialistes du VIH. Les données ont été collectées jusqu’à saturation. Les entretiens ont été retranscrits puis codés dans NVivo. L’analyse est thématique inductive. Le poster suit les recommandations COREQ.

RÉSULTATS

Vingt-quatre PVVIH ont participé à l’étude. La majorité étaient des hommes, nés en France, résidant en province, célibataires, sans enfant, salariés, avec un âge médian de 53 ans (de 23 à 77). En médiane les participants connaissaient leur infection VIH depuis 13 ans (de 2 à 34) et était sous AIAP depuis 7 mois (de 2 à 24). Dix-sept poursuivaient le traitement injectable au moment de l’entretien. Trois thèmes ont été trouvés. 1) Allègement du poids des comprimés, sur trois dimensions : psychologique (charge mentale, image de soi), organisationnelle (moins peur d’oublier la prise, moins besoin de cacher le traitement, moins chronophage sur le long terme, etc.) et des effets secondaires (maux de ventre, acidité, qualité du sommeil, etc.). 2) Améliorations perçues liées au VIH : impression d’une meilleure immunité et d’une moindre exposition à la stigmatisation. 3) Améliorations perçues liées aux comorbidités : une opportunité de diagnostiquer une pathologie insoupçonnée et de mieux gérer une comorbidité diagnostiquée.

CONCLUSIONS

Les bénéfices perçus des AIAP vont au-delà du seul soulagement du poids des comprimés journaliers. Les AIAP ont amélioré d’autres dimensions de la qualité de vie des patients, telles que moins penser au VIH et au traitement, se sentir moins exposé à la stigmatisation, et ont constitué une opportunité d’améliorer d’autres aspects cliniques. Finalement, les AIAP ne sont pas qu’une innovation galénique, ces antirétroviraux génèrent de nouveaux bénéfices perçus chez les patients.