Evaluation d'une organisation autour de VIHTEST en territoire

Catégorie de l'abstract : Antirétroviraux, Thérapeutique VIH/VHB/VHC

Abstract déposé le 13/10/2023 12:28:18 par : MOYON Laurine

Auteurs: MOYON Laurine (COREVIH Pays de la Loire, France), BOUMIER Audrey (COREVIH Pays de la Loire, France), MESSAGER Carline (COREVIH Pays de la Loire, France), DUBREUIL Philippe (LABOUEST, Angers), ALLAVENA Clotilde (CHU Hôtel-Dieu, Infectious Diseases, Nantes), BILLAUD Eric (COREVIH Pays de la Loire, France),

INTRODUCTION / OBJECTIFS

Le dispositif VIHTEST a été initié en Pays de la Loire en 01/2022. Le COREVIH a accompagné les laboratoires d’analyses médicales (LAM) de la région dans le cadre du parcours d’orientation des personnes dépistées en assurant l’information auprès des équipes des services de prise en charge des PVVIH de la région et en réalisant un annuaire, transmis via l’URPS Biologistes.

MATÉRIELS ET MÉTHODES

Un questionnaire a été envoyé aux LAM afin d’évaluer l’impact du dispositif VIHTEST sur le fonctionnement du laboratoire et sur l’utilisation des outils qui ont été mis à leur disposition pour faciliter l’accompagnement des personnes dépistées.

RÉSULTATS

Sur le 1er semestre 2022, 13 290 sérologies VIH ont été réalisées. Un questionnaire en ligne a été ouvert du 21/11/2022 au 17/12/2022 pour les LAM.
Parmi les 192 LAM, 51 ont répondu. 66% des répondants ont réalisé au moins 20 tests depuis le lancement du dispositif. 8% ont suivi un webinaire à la formation/information sur le dispositif.
6 laboratoires ont été concernés par un résultat VIH+ et aucun résultat n’a été transmis par courrier/courriel/SMS sans rendez-vous avec le patient. Parmi eux, 24% ont exprimé des difficultés à annoncer un résultat VIH+.
Pour 47% des LAM répondants, l’annuaire mis en place par le COREVIH a permis de faciliter la mise en relation des personnes vers le soin.
Si le test est « faux positif », 31% leur demandent de se présenter au laboratoire ou chez leur médecin pour obtenir leurs résultats et 31% leur adressent le résultat par Internet ou courrier postal après appel téléphonique.
98% des LAM déclarent n’avoir jamais refusé une demande de VIH TEST malgré la charge de travail. 88% ont déclaré que le « sans rendez-vous » n’est pas contraignant sur leur organisation. 92% déclarent que cette nouvelle offre de dépistage semble utile et 98% pensent que les utilisateurs sont majoritairement satisfaits. 75% pensent que cette offre devrait inclure les principales IST ainsi que les hépatites C/B.

CONCLUSIONS

L’offre VIHTEST a été perçue comme une opportunité d’aborder les IST et la santé sexuelle avec les usagers au sein du LAM. L’annuaire a permis d’aider les LAM dans l’orientation des personnes dans le parcours de soin lors d’un résultat positif. Une offre plus complète est évoquée avec les principales IST bactériennes ainsi que les hépatites B et C.