Suivi des réactions au site d'injection de Lénacapavir dans les essais cliniques

Catégorie de l'abstract : Antirétroviraux, Thérapeutique VIH/VHB/VHC

Abstract déposé le 18/10/2023 14:42:35 par : ESTRABAUD Emilie

Auteurs: Antonella Castagna (Department of Infectious Diseases, San Raffaele Hospital, Milan, Italy), Jose Luis Blanco Arevalo (Infectious Diseases Department, Clinic Barcelona, Barcelona, Spain), Jean-Michel Molina (University of Paris, Paris, France; ), Andrea Antinori (RCCS Istituto Nazionale per le Malattie Infettive “Lazzaro Spallanzani”, Rome, Italy; ), Francesco Castelli (Department of Infectious and Tropical Diseases, University of Brescia and ASST Spedali Civili Hospital, Brescia, Italy), Yazdan Yazdanpanah (nfectious Disease Department, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris, France ; ), Sylvie Ronot-Bregigeon (Hôpital Sainte Marguerite, Aix Marseille Université, Marseille, France ; ), , Krittaecho Siripassorn (Orlando Immunology Center, Orlando, Florida, United States; ), Gary Saunders (Gilead Sciences, Inc., Cambridge, United Kingdom; ), Hui Wang (Gilead Sciences, Inc., San Francisco Bay, United States; ), Hadas Dvory-Sobol (Gilead Sciences, Inc., Foster City, California, United States; ), Martin S Rhee (Gilead Sciences, Inc., Foster City, California, United States; ), Emilie Estrabaud (Gilead Sciences, Inc., Boulogne, France; ), Onyema Ogbuagu (Section of Infectious Diseases, Yale University School of Medicine, New Haven, Connecticut, United States),

INTRODUCTION / OBJECTIFS

Le lénacapavir (LEN) est un puissant inhibiteur de capside, premier de la classe, pouvant être administré en injections sous-cutanées (SC) tous les six mois en association avec d’autres antirétroviraux pour le traitement de l'infection par le VIH-1. Le LEN a démontré son efficacité,dans les études en cours, chez les personnes infectées par un VIH-1 multirésistant (CAPELLA) et chez les personnes naïves (CALIBRATE). Des réactions au site d'injection (RSI), telles que des nodules et une induration, peuvent survenir après l'administration de LEN SC en raison de la formation de dépôts. Nous rapportons des données de sécurité et de tolérabilité à plus long terme des RSI dans CAPELLA et CALIBRATE.

MATÉRIELS ET MÉTHODES

Nous avons caractérisé les RSI chez les participants ayant reçu 1 une dose de SC LEN 927 mg (2 x 1,5 ml) dans l'abdomen dans les études CAPELLA et CALIBRATE.

RÉSULTATS

175 participants (CAPELLA, N=72 ; CALIBRATE, N=103) ont reçu 1 la dose LEN SC, avec une durée d'exposition médiane (intervalle interquartile) de 125 (111-140) et 88 (83-107) semaines dans CAPELLA et CALIBRATE, respectivement. LEN SC a continué d'être bien toléré, l'incidence de la plupart des RSI ayant diminué après la première injection (n=175, 165 et 154 après la première, la deuxième et la troisième injection, respectivement). La plupart des participants ayant rapporté des RSI ont présenté des RSI de grade 1/2 (96% des participants ayant rapporté des RSI dans les deux études). Au cours de la première année de suivi, 4 participants ont interrompu le traitement en raison de RSI, tandis qu'un participant a arrêté le traitement par la suite. Le gonflement, l'érythème et la douleur ont disparu en quelques jours (médiane jusqu'à 11 jours). Les nodules et l'induration ont pris plus de temps à se résorber (médiane jusqu'à 250 jours). Chez les participants dont les nodules et/ou l'induration duraient depuis plus de 6 mois et chez lesquels une biopsie cutanée a été pratiquée (n=6), une réaction à corps étranger au dépôt de médicament, se manifestant sous la forme d'une inflammation granulomateuse chronique, a été observée.

CONCLUSIONS

Chez les personnes infectées par le VIH-1 et recevant LEN SC, les RSI étaient principalement légères ou modérées et se sont produites moins fréquemment après la première injection, conduisant rarement à l'arrêt du traitement. Avec un suivi plus long, les nodules et les indurations ont diminué et/ou se sont résorbés avec le temps, probablement suite à la dissolution du dépôt de médicament.